Oolong, Québec et épuisement

Une tasse fumante de oolong bue sur une terrasse à minuit, le Québec dans les oreilles et dans la tête. La nostalgie est renforcée par mon épuisement. Long weekend de travail. 7h-23h samedi. Quel pied!

D’aucuns diront que je suis fou d’aimer ces journées interminables mais j’aime la densité énergétique qu’elles exigent. Je donne tout, si bien que je m’échoue sans résistance sur la plage de mes doutes et de mes angoisses à la fin du weekend. Le réveil sera dur, demain.

J’aime aussi cette descente, le contrecoup émotionnel de ces dépenses sans compter.

Anaël Écrit par :